Préparer un petit sac d’évacuation simple et efficace

0
197
views

Découvrez comment réaliser un un sac d’évacuation (“bug-out bag” ou BOB en anglais) de faible volume et le plus léger possible.

Il existe de nombreux articles expliquant comment créer son propre sac d’évacuation d’urgence. Mais ils sont souvent trop riches en informations et le sac-à-dos se transforme vite en énorme sac de voyage rempli à ras-bord de nombreux objets amusants mais à l’utilité discutable. Beaucoup s’éloignent de l’objectif premier d’un BOB : contenir le strict nécessaire pour être facilement et rapidement récupérable en cas de fuite urgente. Dans ce dossier, nous allons voir comment réaliser un petit sac d’évacuation à la fois simple et complet.

Petit sac d’évacuation dans la base de connaissances

A faire avant d’évacuer : anticiper une situation d’urgence

 

Note : bien que minimaliste, la liste suivante n’est pas exhaustive et le contenu nécessaire peut varier grandement d’une région à l’autre, selon les conditions, la situations, etc… L’objectif ici est de définir une base efficace “tout-terrain” adaptée à chacun et facilement personnalisable. Il s’agit ainsi du vrai sac d’escampette tel qu’il a été imaginé dans son concept à l’origine : sans excédent, pratique et utile.

Le sac

Prévoir un sac-à-dos de taille moyenne (40-60L), plus petit qu’un sac d’expédition mais à peine plus grand qu’un sac-à-dos d’un jour. Plus un sac sera grand, plus vous serez tenté d’y mettre des choses parfois inutiles. Il sera compliqué à saisir lors d’une urgence et il sera lourd à porter. En contrepartie, il permettrait de transporter un grand nombre d’objets et de marchandises. Mais avez-vous vraiment besoin d’un réservoir de douche ou d’une pelle ? Dans cette version, nous nous contenterons de l’essentiel.

 

Idéalement il ne doit pas être rempli à ras bord une fois complet (prévoir des ajouts de dernière minute). Réalisé avec une matière résistante, et éventuellement doté de renforts ou d’un cadre interne pour transférer le poids sur les hanches. Fonctionnel, avec au moins une poche facilement accessible devant ou sur les côtés. Eviter les trop nombreuses sangles ou cordes qui pourraient s’accrocher.

Style : de couleur et design simple voire moche afin de miser sur la qualité et aussi de ne pas attirer l’attention. Plusieurs paramètres rentrent en compte selon la situation. Les couleurs vives et les signes distinctifs (écusson, corde, tissu) sont à proscrire en situation de fuite cachée (certains sacs sont aussi munis de réflecteurs de lumière). Privilégier les sacs aux tons discrets (beige ou marron, bleu, vert kaki) et foncés (gris, noir).


La taille idéale consiste en un gros sac plus épais et plus grand qu’un sac-à-dos classique. Discret, Il n’attire pas l’attention ni la convoitise. Inutile d’investir une fortune dans un sac qui servira rarement tant que vous ne rognez pas sur la qualité globale. On trouve des premiers prix convenables et largement suffisants pour un tel usage.

Les éléments à vérifier en priorité : la qualité du tissu extérieur, l’étanchéité, la solidité des bandoulières et des fermetures éclair. Le sac doit être suffisamment solide et résistant pour rester fonctionnel de quelques jours à plusieurs semaines dans un environnement hostile.

Matériel :

  • Sac de couchage, de bivouac
  • Lampe de poche. Avec piles de rechange ou avec manivelle (dynamo).
  • Outils de base
  • Briquet
  • Bougies avec allumettes ou briquet
  • Radio avec piles de rechange ou avec manivelle (dynamo).
  • Sacs en plastique
  • Boussole
  • Sifflet
  • Montre
  • Un couteau de rechange
  • Corde
  • Ruban adhésif

Vêtements :

  • Pantalon, t-shirt, pull
  • Chaussettes et sous-vêtements de rechange, chaussettes imperméables
  • Veste et pantalons imperméables légers avec coutures imperméabilisées
  • Veste en polaire
  • Bonnet
  • Gants imperméables
  • Masque en neoprene
  • Chaussures montantes
Prévoir de toujours pouvoir se maintenir au chaud et au sec.

Alimentation :

  • Nourriture de base, consommant peu d’eau. Barre énergétique, fruits secs, conserves.
  • Eau avec électrolytes
  • Produits désinfectants pour l’eau. Pilules de chlore, teinture d’iode, …

Santé :

  • Kit premier secours : bandelettes, alcool, sparadrap, antidiarrhéique, …
  • Trousse de santé pour intervention plus sérieuse : garot, …
  • Réserve de médicaments de base
  • Papier hygiénique, set d’hygiène personnelle.
Veillez à vérifier avec votre médecin le détail des produits pharmaceutiques utilisés.

Divers :

  • Sacoche/pochette en bandoulière pour conserver sur soi et à l’abri les éléments les plus importants
  • Téléphone portable avec batterie chargée.
  • Batterie de téléphone portable supplémentaire (chargée)
  • Doubles de clefs
  • Argent liquide ou carte de crédit
  • Copie de sauvegarde USB, fichiers personnels, documents…
  • Jeux (cartes, dés)

Documents :

  • Papiers d’identité et copies des documents importants (passeport, CNI, permis de conduire, livret de famille…), certificats divers (naissance, baptême, …).
  • Liste d’identifiants, numéros de dossiers, d’abonné, de patient, … (ex : numéro de sécurité sociale, identifiant de carte de transport…).
  • Votre plan d’urgence de quartier (voir : anticiper une situation d’urgence)
  • Plan de la ville, région, pays.
  • Liste de numéros, contacts, adresses : voisins, famille, amis.
  • Liste des détails concernant votre état de santé (maladies chroniques, allergies, chirurgies, antécédents médicaux, tests de dépistage, vaccins récents), votre dernière ordonnance, les documents médicaux appropriés.
  • Liste des numéros d’urgence (secours) et utiles, selon la situation : médecin traitant, mutuelle, employeur, mairie et administrations, compagnie d’assurance et autres (en précisant le nom, les téléphones du domicile, portable, du travail, les courriels et l’adresse). Tableau numéros d’urgence

Conservation et entretien : conserver au sec, à basse température et à l’abri de la lumière. Vous pouvez décider d’effectuer une mise à jour par exemple une fois tous les trois ans, ou tenir à jour une liste des dates de péremption de chaque aliment périssable contenu dans le sac afin de les renouveler régulièrement.

Ce que j’ai retenu lors de la réalisation de ce sac d’évacuation, les leçons apprises :

Ne pas perdre de temps. Créer un sac d’évacuation prend plus de temps que prévu, je ne pensais pas mettre autant de temps à réunir les éléments de cette liste pourtant pas si compliquée. Plus on pense à des choses plus on trouve d’autres idées, c’est sans fin. Rester pragmatique et efficace.

Le plastique c’est fantastique ! Les sachets en plastique seront très utiles pour envelopper et conserver vos éléments importants. Commencez dès maintenant à récupérer tous les sachets que vous trouverez, vous n’en aurez jamais assez. En plus, il parait que le recyclage est tendance alors profitons-en.

Le manque de place peut vite se faire ressentir, favorisez les plus petits objets. Les objets “de poche” ou pliables seront vos atouts, comme des échantillons (mini dentifrice, …) et autres objets/goodies offerts ci et là (brosse à dent pliable, …). Tentez donc de vous en procurer dès que l’occasion se présente.

Les objets de mauvaise qualité sont à proscrire. Je me suis rendu compte pendant le remplissage du sac que certains objets devront probablement être remplacés avant leur utilisation à cause de leur qualité insuffisante. C’est par exemple le cas de pansements et du sparadrap : il y a de fortes chance que l’adhésif ne colle plus le jour de l’utilisation car ils semblent vraiment de mauvaise qualité. D’autres objets s’avèrent très décevants, comme la pince multifonction : elle risque de casser à la première utilisation. Conclusion : investir un peu plus pour ne pas perdre de temps ni d’argent et éviter les mauvaises surprises.

  S’abonner  
Notifier de